Aller au contenu

Septième cercle – Lionel Marty (art-book)

Il est des livres qui, une fois dans vos mains, vous entraine dans les histoires de leur auteur, mais qui nourrissent également votre imagination. C’est le cas du septième cercle, un Art-book de l’illustrateur de bande-dessinées et d’illustrations d’art, Lionel Marty. Il va de soi que parler d’un tel ouvrage  n’est pas chose aisée quand on se plait à examiner un roman pour ses aspects littéraires, mais si vous le voulez bien, tentons l’exercice ensemble.

Il est des livres qui, une fois dans vos mains, vous entraine dans les histoires de leur auteur, mais qui nourrissent également votre imagination. C’est le cas du septième cercle, un Art-book de l’illustrateur de bande-dessinées et d’illustrations d’art, Lionel Marty. Il va de soi que parler d’un tel ouvrage  n’est pas chose aisée quand on se plait à examiner un roman pour ses aspects littéraires, mais si vous le voulez bien, tentons l’exercice ensemble.

Chronique

Fruit d’une campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule en 2017, Septième cercle est un livre de 90 pages où se côtoient de grands vilains. Après tout le septième cercle de l’enfer n’est pas celui où l’on parque les escrocs à la petite semaine mais plutôt les personnages les plus violents que le monde ait eu à porter (Dante La divine comédie). Vous l’aurez compris, ici vous ne trouverez pas une petite licorne avec des paillettes mais plutôt un Cimmérien baraqué muni d’une énorme épée pleine de sang.

Mais ce n’est pas tout ce que l’on trouve dans ce livre. Il n’y a pas que des brutes épaisses, de nombreuses amazones y sont également représentées. La féminité présente dans ce recueil est celle de femmes qui n’ont pas peur de se battre pour leur survie. Très pulp dans certains dessins, on trouvera très juste le portrait d’une jeune femme vêtue comme une vendeuse de plaisir du début vingtième siècle qui après les désillusions de la vie se retrouve obligée de manier les armes. Ne croyez pas que l’apologie de la violence y est ici faite, cela serait se tromper. En témoigne certaines naïades particulièrement réussies.

Et au détour d’une page, nous trouvons un hommage aux super-héros américains, comme Wolverine, Ghost Rider ou encore le Joker. Mais l’organique n’est pas seul et c’est alors que l’on tombe sur des robots surarmés qui ne demandent qu’à en découdre. On découvre alors une planche de BD qui ne donne qu’une envie, celle de découvrir l’œuvre complète (non publiée à ce jour). Et bien évidement entre tous ces humanoïdes se cachent de nombreuses créatures. Qu’elles soient à tentacules ou non, une chose est certaine elles font frémir (mention spéciale pour le petit Cthulhu au réveil qui m’a fait mourir de rire).

Je me rends compte que je vous fais faire un voyage dans des illustrations sans véritablement parler d’elles. C’est normal, je ne suis pas critique d’art et n’ai même aucune bribe de formation associée, je serai donc très subjectif. C’est un style de dessin que j’adore. Les traits sont marqués, ils sont épais, anguleux et incisifs. Et les couleurs ne sont ici présentes qu’en complément du trait. Elles ne cherchent pas à le masquer, mais bien à s’unir à lui et c’est une vraie réussite.

Lionel Marty le dit dans son introduction, ce sont Rosny Ainé, Robert Howard, ou encore Jack London qui lui ont donné le goût de l’aventure épique. Il leur rend ici, ainsi qu’à bien d’autres, un bel hommage en citant à de nombreuses reprises des phrases choisies de leurs œuvres pour les associer à ses illustrations, ajoutant au côté épique. Ce chaos d’illustrations est une source d’inspiration sans fin pour le lecteur qui j’en suis sûr saura comme moi imaginer la vie des nombreux personnages ici présents.

Conclusion :

Avec ce recueil d’illustrations j’ai découvert le véritable Lionel Marty que je ne connaissais que par les illustrations de quelques couvertures et d’une seule BD (Les 7 merveilles). La violence et l’épique contenues dans ce livre en fond un objet phare d’une grande qualité. Je ne l’ai pas dit précédemment mais le papier utilisé ici est un papier de très grande qualité, idéale pour l’impression d’illustrations en quadricolore. Ce livre est une source inspirante pour de nombreuses balades dans les mondes imaginaires. Finalement si j’ai un seul regret à formuler ici, c’est de ne pas l’avoir lu plus tôt et de ne pas avoir participé au financement pour m’y procurer un original à encadrer pour la librairie.

Exceptionnellement et compte tenu de la distribution du livre qui n’est pas possible en librairie, je vous mets ici le lien pour contacter l’auteur qui assure la vente en direct sur son facebook ou son instagram @lionel.marty.art. Et en plus vous pourrez même avoir une dédicace dessinée !

Caractéristiques :

Auteur/Illustrateur : Lionel Marty

Format : 17×25 cm

Quadricolor

90 pages

4 commentaires sur “Septième cercle – Lionel Marty (art-book)”

  1. Bien heureuse de lire vos mots si bien choisis pour exprimer tous les ressentis que le 7C de Lionel déchaîne, son trait et sa mise en valeur qui ne font qu’un ♡…un bel ouvrage qui en dit long sur son travail ….un Artbook à avoir 🗡sinon…lamentez- vous^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :