Aller au contenu

L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu

Ken Liu est surement l’un des auteurs les plus en vogue en ce moment, et la simple évocation de son nom fait tendre l’oreille de nombreux amateurs de SF. Mais avant d’être connu de tous pour ses nombreuses nouvelles publiées dans deux superbes anthologies publiées au Bélial’ (La ménagerie de Papier, Jardin de poussière) c’est l’auteur d’une des heures lumière les plus reconnues, l’Homme qui mit fin à l’histoire. Et si elle est reconnue c’est à juste titre, elle est particulièrement réussie.

Résumé

Futur proche.

Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l’observateur d’interférer avec l’objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l’histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d’État. Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l’Unité 731 se livra à l’expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d’un demi-million de personnes… L’Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d’occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l’Histoire.

Couverture Aurélien Police

Chronique

Encore une fois les éditions du Bélial’ associées à Aurélien Police signe un très bel objet. La couverture au ton mordoré associé à la mécanique du temps correspondent parfaitement au thème de cette histoire.

Evan est historien et sa femme Kirino est physicienne. Kirino associée à un autre scientifique a mis en lumière l’existence d’un couple de particules subatomiques qui restent indéfiniment liées. A l’aide de la physique quantique, ces particules peuvent être étudiées et leur extrapolation permet de visionner une unique fois les images du passé correspondant au moment de leur apparition. C’est par cette technique qu’Evan va révéler au public les atrocités commises par l’unité japonaise 731. Qu’ont-ils fait ? Entre autres de nombreuses expériences sur les maladies infectieuses de type MST. Et pour cela la population chinoise sous le joug de cette unité en a payé un très cher tribu. Evan décide donc de « visiter » cette partie de l’histoire afin que jamais ne soient oubliées les victimes de l’unité 731.

Cette Novella ne suit pas directement les traces d’Evan mais est écrite comme un documentaire télévisuel (le sous-titre original étant a documentary). On y voit un enchainement de témoignages de différents acteurs, mettant en exergue les conséquences des découvertes d’Evan (non présent dans le documentaire, vous verrez pourquoi en le lisant). Mais surtout on y découvre les enjeux géopolitiques associés à ces révélations. L’utilisation du documentaire avec cet enchainement de points de vue, de morceaux de presse et d’images d’archives décrites est particulièrement efficace. C’est là que repose le génie de Ken Liu. Avec un tel procédé, il nous sort du cadre de la nouvelle pour s’immiscer dans celui de l’audiovisuel, ce qui implique d’autant plus le lecteur.

Conclusion

Je ne m’étendrai pas plus sur cette novella que j’aime tout particulièrement (une de mes heures lumière préférées), elle a été largement chroniquée et plébiscité par la communauté française, mais si il n’y a qu’une phrase à retenir, c’est celle-ci: Avec L’Homme qui mit fin à l’histoire, Ken Liu nous livre un texte majeur de la science-fiction avec une mise en scène et une écriture singulièrement réussie.

Pour rappel la collection Une heure lumière au moment où j’écris ces lignes contient plus d’une trentaine de textes, tous (à l’exception de deux) indépendants les uns des autres. Ils peuvent donc être lus dans l’ordre de votre choix et de vos préférences de genres.

Autres titres de la collection chroniqués sur le site

2 commentaires sur “L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :