Aller au contenu

Les courants de l’espace – Isaac Asimov

Les courants de l’espace est un court roman de Isaac Asimov publié en français pour la première fois en 1967 et qui pour autant n’a pas pris une ride. Il s’agit du second roman de la trilogie de l’empire qui peut être lu indépendamment des deux autres. Plus qu’un roman de science-fiction, les courant de l’espace nous rappellera les meilleurs romans d’espionnage des années 70.

Résumé :

La planète Florina est en grand danger. Elle va être détruite, telle est la prédiction basée sur l’étude de l’espace faite par Rik, spatio-analyste de son état. C’est avec ces informations qu’il se dirige vers Florina pour sauver ses habitants. Mais voilà rien ne se passe comme prévu et Rik va être rendu amnésique et abandonné sur la planète dans un village ouvrier. Quand commence le récit, Rik est présent depuis près d’un an sur la planète et commence à voir renaitre sa mémoire. Va s’ensuivre une véritable chasse à l’Homme, Rik parviendra-t-il à se rappeler suffisamment son passé, et à contacter les bonnes personnes pour sauver la population de Florina ?

Analyse du texte

Les courants de l’espace sous couvert d’un roman d’espionnage est une véritable critique du  racisme et du découpage de la civilisation en différentes classes sociales. Le récit va rapidement mettre en exergue le fait que la population de Florina se découpe en deux catégories. D’une part les indigènes vivant chichement et travaillant pour une grande partie au champ. Cette catégorie est auto-contrôlée par les Prud’hommes, Floriniens à plus haut potentiel eux même placés sous les ordres des Ecuyers. La seconde catégorie correspond justement aux Ecuyers qui sont peu nombreux et qui vivent de manière bien plus facile. Les Ecuyers ne sont pas des Floriniens mais des colonisateurs de la planète Sark, qui puisent leur immense richesse du Kyrt produit par les Floriniens. Les Sarkites ont réussi le tour de force de prendre le contrôle total de Florina en sélectionnant spécifiquement tous les Floriniens à haut potentiel intellectuel, entrainant un abaissement global du niveau culturel de la population. Ajoutez à cette critique sociale une critique du capitalisme.

Rapidement au court du récit on va comprendre que les informations de Rik pourraient entrainer un changement majeur du paradigme autour des richesses de Florina. De nombreux acteurs risquent d’en pâtir et ont tout intérêt à le faire taire. C’est ainsi que jusqu’au dernier moment nous ne savons pas qui est le véritable coupable de la manipulation que subie Rik. Passant de faux semblants en faux semblants, Asimov réussi à nous maintenir en intérêt de manière continue.

J’ai beaucoup aimé le travail mené sur les personnages de Terens, de Rik et de Valona. Ces trois acteurs majeurs du récit vont avoir une véritable évolution durant ces quelques 200 pages. En plus de ces différents personnages, on verra rapidement l’influence de Abel et Junz qui, par derrière, tire de nombreuses ficelles, d’autant que l’influence de Trantor n’est jamais loin. Le nom est lâché, Trantor s’immisce dans le récit, l’empire (si cher aux lecteurs de Fondation) n’est pas encore global et louche du côté de Florina. C’est ainsi que l’empire profiterait bien des informations de Rik pour prendre Florina aux Sarkites.

Conclusion

Les courants de l’espace n’est pas le plus connu des romans d’Isaac Asimov, et c’est dommage. Digne des romans noirs des années 70, c’est une critique acerbe des sociétés capitalistes. Plus que jamais d’actualité, c’est un roman à mettre entre toutes les mains.

2 commentaires sur “Les courants de l’espace – Isaac Asimov”

  1. Retour de ping : Bilan Février 2021 – Librairie À la croisée des pages

  2. Retour de ping : Cailloux dans le ciel – Isaac Asimov – Librairie À la croisée des pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :