Aller au contenu

Les chroniques de la lune noire – Tome 1 : De Gueules – Debats et Froideval

Après une vingtaine d’albums de bande dessinée tous plus barrés les uns que les autres, les Chroniques de la lune noire ont droit à une novellisation signée Jeanne-A Debats et François Froideval. De Gueules en est le premier tome et correspond aux trois premiers albums de la BD culte. Autant le dire tout de suite, c’est un roman que j’ai adoré et dévoré !

couverture Fabrince Angleraud

Résumé :

Dans les siècles des siècles, les Princes Démons Lucifer et Pazuzu s’affrontent en un jeu cruel et le monde est leur échiquier. Leurs pions vivent ou meurent, rient ou pleurent au gré de leur fantaisie démoniaque. Ainsi, Haghendorf, empereur de Lhynn, s’est vu prédire la fin de son règne lorsque l’Archer Chien de métal viendrait. En attendant, il tente de préserver ce qui peut l’être de son empire en s’alliant avec un ordre religieux qui ne rêve que de le détrôner : les Chevaliers de la Lumière, menés par leur retors commandeur : Fratus Sinister. Mais c’est sans compter La lune Noire et l’archimage Haazeel Thorn. Ou bien, peut-être que la rencontre fortuite du jeune elfe voleur Pile-ou-face, armé de ses deux épées bavardes, et d’un demi-elfe sans nom à la lame flamboyante pourrait renverser le jeu, la table et les joueurs…

Chronique :

La couverture est signée Fabrice Angleraud et correspond parfaitement à l’esprit de la BD. Normal me direz-vous, vu que Fabrice est l’actuel dessinateur de la série de bande dessinée. On y retrouve un Wismerhill en guerrier convaincu comme il deviendra dans la suite de la série. Jouant sur le côté kitsch, elle parlera aux lecteurs de la BD mais pourra peut-être freiner les lecteurs néophytes qui pourront la trouver austère et en décalage avec les courants actuels.

Au scénario, on retrouve trois tomes de la BD et donc pratiquement trois arcs narratifs distincts. Cependant le lien est rapidement comblé avec intelligence par Jeanne-A Debats, qui a su remplir avec brio les trous laissés justement entre les tomes. Pour ne pas spoiler je ne vous détaillerai pas les différentes parties mais la troisième est de loin ma préférée niveau scénario et la première niveau humour. Merci à Jeanne-A Debats pour l’énorme fou rire que « Pilou » m’a déclenché.

Au programme des personnages, on a Wismerhill, le demi-elfe à l’épée enflammée capable de parler aux vents. Pile-ou- face, l’elfe bipolaire dont le caractère est influencé par ses épées magiques, ainsi que plusieurs personnages secondaires, dont la langoureuse Feidreiva. Le développement psychologique n’est pas le propos même de la série de BD, aussi Jeanne-A Debats a dû se montrer inventive. On retrouve ainsi un Wis avec une profondeur bien plus intéressante que celle de la BD.

L’écriture de Jeanne est connue pour sa précision et sa fluidité. C’est donc tout naturellement que De Gueules est un roman fluide et bien écrit. Chaque case de la BD, qu’elle soit d’une importance immense ou d’une grande futilité, est présente dans le roman. Et les différentes situations cocasses qui pourraient s’avérer problématiques dans le roman sont particulièrement bien intégrées par l’autrice. Ces intégrations sont d’ailleurs une grande force et un puit d’humour particulièrement intéressant.

Conclusion :

Archétype humoristique de la fantasy, Les chroniques de la lune noire est une série que j’ai toujours pris plaisir à lire en BD. La novellisation de Jeanne-A Debats est une réussite quasi complète. J’attend la suite avec impatience puisque nous laissons nos personnages en bien fâcheuse posture. La suite de la BD montant crescendo, le prochain roman promet d’être explosif !

2 commentaires sur “Les chroniques de la lune noire – Tome 1 : De Gueules – Debats et Froideval”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :