Aller au contenu

Le Batard de Kosigan T2 – Le Fou prend le Roi – Fabien Cerutti

Le Bâtard de Kosigan est une série de romans de fantasy dont le premier cycle en quatre tomes est disponible en intégralité chez Mnemos et en poche chez Folio SF. Les histoires se déroulent sur deux lignes temporelles distinctes. A savoir le quatorzième siècle où l’on suit les aventures du Bâtard de Kosigan entre champs de bataille, complots, inquisitions et monde paranormal. Et le dix-neuvième siècle où nous suivons un de ses héritiers en quête de réponses. Les deux premiers tomes sont pour moi des gros coups de cœur. Parlons ici du tome deux, le fou prend le roi. Ce second tome réussi à être meilleur que le premier.

1340, au cœur du comté de Flandre. Alors que les premiers feux de la guerre de Cent Ans s’allument, le Bâtard de Kosigan et ses Loups se voient confier, par le sénéchal d’Angleterre, la délicate mission de découvrir les tenants et aboutissants d’un complot qui se trame… autour du roi de France. Une enquête surprenante et extrêmement dangereuse, mêlant trahisons et forces obscures, dans laquelle l’ascendance surnaturelle du Bâtard, habituellement son plus grand atout, pourrait bien se muer en talon d’Achille. Cinq siècles et demi plus tard, à la fin de l’année 1899, l’enquête engagée par le lointain descendant du chevalier tente de faire la lumière sur l’inexplicable disparition des puissances magiques. Entre Bruges et Lens, peut-être mettra-t-elle à jour la nature des ombres qui se dissimulent derrière les échos cachés de l’Histoire.

Chronique :

Commençons par la couverture d’Emile Denis. Elle représente ici la fille du connétable de France Hugues Quieret. Le portrait est très réussi et capte l’essence du personnage, avec sa dague si importante au roman. J’aime beaucoup la série de couvertures grand format de cette série de romans, avec son petit médaillon qui détaille un personnage important par roman. Le tout sur une couverture unie avec le blason de la famille Kosigan en fond. Les couvertures Folio SF d’Alain Brion sont quant à elles très réussies également, mais plus guerrières.

Le fou prend le roi fait suite aux aventures de L’ombre du pouvoir mais est lisible indépendamment, enfin sur le papier. Oui, vous pouvez commencer par ce tome mais vous perdriez les nombreux liens tacites avec le premier opus. Le scénario de ce tome prend place en pleine guerre de cent ans. Le Bâtard n’est pas engagé pour faire la guerre mais pour aider le Roi d’Angleterre à identifier un complot visant le Roi de France. Fabien Cerutti est agrégé d’Histoire et va utiliser des faits authentiques pour créer son scénario, en y ajoutant une touche de magie et de superstition. C’est ainsi que l’on se retrouve quelques heures après une belle défaite navale française, à la bataille de l’Ecluse. L’utilisation de l’arc narratif en 1899 permet d’enfoncer le clou de la crédibilité de ce quatorzième siècle mystérieux en utilisant les bases d’une enquête qui pourrait bien révéler que la magie et autres fééries ont existé, mais que l’histoire a été complétement réécrite pour les faire disparaitre. Et cette disparition je vous laisse devinez qui est derrière…. L’inquisition.

Pourquoi croyez-vous que l’Eglise ait ressenti le besoin d’instaurer le culte de multiples saints à l’intérieur d’une religion censée honorer un Dieu unique ? Elle avait tout simplement pour but de compenser discrètement l’absence des anciennes divinités dans le cœur des populations…

J’ai une petite préférence pour la narration qui entoure le Bâtard avec ses nombreuses scènes d’action, son univers particulier et le personnage du Bâtard que j’ADORE ! Je l’avais déjà beaucoup aimé dans le premier tome, mais là il passe un cap au-dessus en découvrant une partie des mystères qui l’entoure ce qui, paradoxalement le rend encore plus mystérieux.

L’enquête de 1899 elle, est plus rythmée que dans le premier opus et commence à avancer à grands coups de fouille et de plomb qui siffle. C’est une partie du récit qui contient encore de très nombreux mystères pour lesquels il est encore difficile de voir le plan d’ensemble. Gageons que l’on en saura plus avec les tomes suivants.

L’écriture fluide, avec des chapitres courts et entre-coupés par les chapitres de 1899 rendent le récit particulièrement dynamique. Fabien Cerutti a repris tous les ingrédients qui ont marché dans le premier roman, a supprimé les éventuels défauts et a trouvé la cuisson idéale pour rendre la lecture addictive.

Conclusion :

Avec ce second roman encore meilleur que le premier, Fabien Cerutti nous plonge avec délectation dans le monde sombre et violent du Bâtard. C’est un roman addictif que l’on ne repose qu’une fois terminé. Le tome 3, Le marteau de la sorcière ne va pas tarder à sauter dans mes mains.

3 commentaires sur “Le Batard de Kosigan T2 – Le Fou prend le Roi – Fabien Cerutti”

  1. Retour de ping : Bilan – Mars 2021 – Librairie À la croisée des pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :