Aller au contenu

Le Baron – Jean-Luc Masbou

Le Baron est une œuvre scénarisée, dessinée et colorisée par Jean-Luc Masbou, déjà connu pour sa série culte De capes et de crocs. Publié chez Delcourt fin 2020, Le Baron reprend nul autre que le Baron de Münchausen, le plus grand fabulateur et héros du 18e siècle. Loin de la simple adaptation du roman, cette BD nous montre un baron vieillissant dont les histoires commencent à le rendre célèbre bien malgré lui. Une BD en parfaite continuité avec le grand classique et qui est appelée à le devenir tout autant.

Résumé:

À l’automne de sa vie, le Baron de Münchhausen se retrouve confronté au livre fraîchement publié qui raconte ses aventures. Un livre qui, certes, lui amène une popularité et une certaine notoriété bien au-delà de la région où il réside mais qui le confronte à la mort en faisant de lui un héros de papier et non plus un héros fabulateur de chair et de sang.

Notre baron se décide à rétablir la vérité, et quelle vérité !

Chronique :

On ne présente plus Jean-Luc Masbou, dont le style graphique à la palette de couleurs étendue, au trait finement ciselé et à la capacité à représenter les sentiments dans un simple visage, en a fait un illustrateur majeur. Le Baron n’y échappe pas, et l’on retrouve donc un graphisme magistral qui sublime le scénario. L’alternance de style graphique en fonction des passages du récit est une très bonne idée et qui met en exergue certaines des aventures les plus connues du Baron de Münchhausen. Si l’on doit chercher un défaut, on pourra noter une typographie un peu complexe à lire sur la fable de son arrivée en Russie.

La couverture est une parfaite représentation à la fois du style de Masbou et du contenu du livre. La gamme de couleurs, la pose du personnage et la composition en font une image d’une infinie poésie qui mériterait un tirage à part.

Pour ce qui est du scénario, Masbou nous propose un vent de fraicheur avec l’idée de faire lire le roman au Baron lui-même. Cette lecture va entrainer une réflexion sur la conservation de la mémoire écrite qui, contrairement à la mémoire orale, ne se déforme et ne s’amplifie plus. Une fois la fabulation marquée, elle devient immuable et cela dérange Münchhausen. Le baron est tout d’abord sous le choc de se voir en partie ridiculisé dans le roman mais il va évoluer au fil du récit pour devenir fier de laisser une trace si particulière dans l’histoire. Le baron va au fil du récit rencontrer des gens du village l’invitant à une soirée pour qu’il raconte ses merveilleuses histoires. Celui-ci ne pouvant pas (je vous laisse découvrir pourquoi), il va alors raconter à chaque personne venue le chercher sa version de l’une des fables présentent dans le livre.

L’alternance entre fabulation et vieillesse du baron donne un rythme dynamique qui montre que Masbou sait comment raconter une histoire. Si je devais choisir deux sous histoires en particulier, je dirais celle du lapin à 8 pattes et la sortie du puit. On notera également le jeu subtil du boulet de canon, surement une des aventures les plus connues du roman éponyme, qui va faire fil rouge tout au long du récit. L’humour est bien sur omniprésent et toujours de manière subtile et intelligente.

Conclusion :

Voilà un véritable coup de cœur comme je n’en avais pas eu depuis longtemps pour la BD. Jean-Luc Masbou dépoussière le Baron de Münchhausen avec brio et devrait donner envie à de nombreux lecteurs de se pencher sur le roman éponyme qui a marqué plus d’une enfance. Une BD remplie de bonne humeur qui saura chasser la grisaille de l’époque et qui ne se contente pas d’adapter le roman mais bien de le continuer. Et pour les curieux qui ne connaissent pas je vous conseille l’excellent film de 1988 de Terry Gilliam.

Bonne lecture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :