Aller au contenu

L’appel de Cthulhu – Gou Tanabe d’après HP Lovecraft

Récit fondateur du mythe, l’appel de Cthulhu écrit par Howard Phillips Lovecraft en 1928, a récemment été adapté par le mangaka Gou Tanabe aux éditions Ki-oon. Il s’agit d’une adaptation à la noirceur indicible, très fidèle à l’œuvre du maitre de Providence.

Résumé :

Quand Francis Thurston hérite des possessions de son grand-oncle archéologue, il se retrouve lié à la tragique destinée du vieil homme… D’après ses papiers, le défunt scientifique enquêtait sur une religion étrange : le culte de Cthulhu. Une mystérieuse gravure représentant son dieu dépeint un monstre cauchemardesque ! Selon le journal laissé par le professeur, cette tablette est l’œuvre d’un artiste qui l’a créée en pleine nuit, alors qu’il était assailli de visions d’une cité fantastique habitée par une créature gigantesque. 

 Or, ce phénomène a eu lieu le lendemain d’un séisme d’une intensité inégalée, qui a affecté des hommes dans plusieurs contrées… Qu’est-ce qui a bien pu perturber ainsi l’équilibre du monde ? Intrigué par ces écrits, Francis reprend le flambeau et se lance sur la piste du culte, au cœur des ténèbres…  

Chronique :

Gou Tanabe adapte avec succès depuis plusieurs années l’œuvre de Lovecraft. Après les montagnes hallucinées, la couleur tombée du ciel ou encore Dans l’abime du temps, il revient ce coup-ci avec une des nouvelles les plus célèbres des récits horrifiques, j’ai nommé L’appel de Cthulhu. La collection Les chefs d’œuvres de Lovecraft, avec des mangas en grand format et une couverture en simili cuir est une véritable réussite, et l’appel ne détonne pas avec sa très jolie couverture rouge et une gravure horrifique.

Pour ce qui est de l’adaptation a proprement parlé, nous retrouvons tout ce qui fait la nouvelle à savoir son arc narratif découpé en trois grandes histoires, ses retours en arrière et son mystère sous-jacent. Le découpage en chapitres est particulièrement efficace et donne l’impression de lire la compilation des notes éparses réunies par Francis Thurston et son oncle.

La force de Gou Tanabe est de réussir à garder l’indicible avec ses illustrations hyper travaillées qui conservent l’ambiance si particulière de l’œuvre de Lovecraft. En témoigne cette image de l’architecture cyclopéenne de la cité de R’Lyeh.

Ou encore cette double page sur laquelle Gou Tanabe réussi à effectuer l’illustration parfaite du grand Cthulhu, en conservant à la fois tous les détails qui font l’image populaire du grand ancien tout en ajoutant une touche personnelle.

Conclusion :

Cinquième tome de la collection, L’appel de Cthulhu est un manga très fidèle au récit original. C’est un livre qui plaira à tout cultiste convaincu mais également au néophyte qui, après un sacrifice rituel, sera convaincu par la force des grands anciens. Prenez garde à conserver votre santé mentale en ouvrant ce livre, vous pourriez rapidement plonger dans la folie…

Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn

1 commentaire pour “L’appel de Cthulhu – Gou Tanabe d’après HP Lovecraft”

  1. Retour de ping : Bilan – Mars 2021 – Librairie À la croisée des pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :