Aller au contenu

Dragon – Thomas Day

Dragon est le premier titre de la superbe collection Une heure lumière, proposée par les éditions le Bélial’. Le Bélial’ et nouvelle collection oblige, on retrouve Thomas Day qui signe ici un texte particulièrement intéressant. C’est glauque, sordide, violent, ça dénonce des faits graves mais le tout dans un style qui se veut toujours fluide.

couverture Aurélien Police

Résumé

Bangkok. Demain.

Le régime politique vient de changer. Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus. Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ?

Chronique

Une heure lumière c’est avant tout une emprunte graphique forte. Cette emprunte, c’est celle d’Aurélien Police qui dans son style propre réussit toujours à proposer un graphisme percutant. C’est le cas avec Dragon et cette déchirure sanglante qui nous fait tout de suite comprendre que Dragon n’est pas un petit texte rempli de licornes.

Dragon c’est un voyage, un de ces voyages que l’on n’a pas envie de faire. Un voyage dans la Thaïlande du tourisme sexuel et de tous ses travers. Des travers il y en a plusieurs mais celui qui pose le plus problème ici, c’est la pédophile. Alors quand un tueur en série qui semble insaisissable et provenir d’un autre monde décide de s’en prendre aux pédophiles, la question de savoir s’il faut le capturer se fait légitime. Mais ce voyage c’est surtout la découverte du lieutenant Tann. Notoirement gay et à la recherche de la ladyboy parfaite, il va commencer à traquer le Dragon.

Ce voyage dans une Thaïlande exacerbée, vous ne le ferez pas de manière linéaire. Un peu à la manière du Dechronologue (de Beauverger) ici l’histoire est un puzzle qui s’assemble au fur et à mesure de la lecture. Ce jeu sur les ellipses, les zones d’ombre et les lignes temporelles distinctes est la véritable force du roman. La plume de l’auteur est ici percutante et incisive à l’image du texte.

Conclusion :

Avec Dragon Thomas Day nous propose un texte percutant et militant qui ne laissera personne indifférent. C’est un texte explicite, qui nous plonge dans l’une des nombreuses bassesses de l’âme humaine et on suit avec attention le chemin de Tann mais surtout celui du Dragon. En bref c’est un très bon texte qui inaugure en beauté cette collection.

Pour rappel la collection Une heure lumière au moment où j’écris ces lignes contient plus d’une trentaine de textes, tous (à l’exception de deux) indépendants les uns des autres. Ils peuvent donc être lus dans l’ordre de votre choix et de vos préférences de genres.

Autres titres de la même collection

Retrouvez ici un dossier très complet sur cette collection sur le site de la bibliothèque derrière le fauteuil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :