Aller au contenu

Cailloux dans le ciel – Isaac Asimov

Cailloux dans le ciel est un roman d’Isaac Asimov qui se situe dans la trilogie de l’empire (avec Tyrann et Les courants de l’espace). Publié chez J’ai Lu, il possède une atmosphère désuète et un côté roman noir années cinquante qui m’a bien plu.

Résumé

Joseph Schwartz, paisible tailleur retraité, se promène tranquillement dans les rues de Chicago quand un étrange phénomène le propulse des milliers d’années dans le futur. Futur où la Terre n’est plus qu’une petite planète d’intérêt stratégique secondaire au sein d’un vaste empire galactique. Joseph y est en danger de mort puisque les lois visant à limiter la population frappent d’euthanasie tous les résidents de plus de soixante ans. Or il est âgé de soixante-deux ans… Son destin va heureusement croiser celui de Bel Arvadan, un archéologue de Sirus qui défend une thèse proprement invraisemblable : la Terre serait le berceau de l’Humanité !

Traduction de 1974

Chronique

La couverture du roman proposé par j’ai lu est très peu représentative du texte, qui se passe sur Terre, mais elle fait le job pour un roman de SF comme celui-ci. J’aurais cependant aimé un meilleur travail graphique, au moins en accord avec le contenu du roman.

Le scénario de cailloux dans le ciel n’est pas sans rappeler celui des courants de l’espace. A savoir un personnage qui se retrouve entraîné malgré lui dans des événements de portée planétaire. Personnage qui va, comme le lecteur, découvrir petit à petit l’univers. Le point de divergence avec Les courants de l’espace repose sur sa seconde partie, qui se centre sur la xénophobie et la guerre de vengeance, là où Les courants de l’espace parle de lutte des classes, d’oppression et de consumérisme. Le traitement proposé ici n’est pas inintéressant mais on voit tout de même certaines ficelles épaisses comme des câbles haute tension. On rigolera ou on bondira selon notre sensibilité aux hérésies biologiques. Cependant, au moment de l’écriture, la neurobiologie de l’époque était en adéquation avec la thèse proposée ici par l’auteur. On notera, en plus des thèmes traités, un reflet de la peur de l’auteur quant à la géopolitique de la guerre froide, la terre étant devenue une immense planète radioactive suite à de mystérieux évènements du passé.

Le personnage principal du roman est Schwartz, ancien tailleur qui, après un évènement inconnu (de lui), se retrouve des milliers d’années dans le futur. On en apprendra très peu sur son passé, cependant on le verra fortement changer durant le roman passant de l’individu faible d’esprit à celui de meneur. L’utilisation de la machine de boost neuronal de Shekt le rendra peu crédible sur la fin (un peu comme Lucy dans le film éponyme qui rapidement devient un cliché pseudoscientifique ambulant) mais si on en fait abstraction et que l’on se dit « pourquoi pas », son final en devient drôle. Les autres personnages secondaires sont très peu développés en dehors de Bel Avardan, archéologue travaillant pour l’empire, qui bien malgré lui va se retrouver embarqué dans cette histoire rocambolesque.

L’écriture d’Asimov a cette simplicité qui vous fait rentrer dans le roman sans la moindre difficulté. Des phrases assez courtes avec un vocabulaire simple. A aucun moment Asimov ne nous étouffe sous des tonnes de termes pseudoscientifiques. La traduction a particulièrement bien vieilli et reste très actuelle. Un point qui pourra convaincre de nombreux lecteurs de découvrir l’œuvre de cet auteur qui peut intimider avec la peur d’une écriture surannée, d’autant que ce roman se voit plus être un roman d’espionnage années cinquante qu’un pur pulp de SF. On notera une très probable référence à H.G Wells pour ce qui y est de certains éléments de l’intrigue.

Conclusion

Cailloux dans le ciel est un roman pulp agréable à lire. Plusieurs thèmes sont abordés plus ou moins minutieusement, et j’y aurais aimé un peu plus de profondeur. Un roman fluide avec quelques parties un peu décousues mais qui devrait plaire aux amateurs du genre.

Caractéristiques

Publication VO: 1950
Traduction VF: 1974
Édition et format: J’ai Lu, Poche
255 pages


2 commentaires sur “Cailloux dans le ciel – Isaac Asimov”

  1. Depuis ma lecture de Fondation, Asimov fait partie des auteurs que j’aime lire, donc ton titre m’intéresse, je le note. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :