Aller au contenu

A la croisées de monde – Tome 1: Les royaumes du Nord – Philip Pullman

Les Royaumes du Nord est le premier tome de la trilogie À la croisée des mondes, publié chez Gallimard. Il s’agit d’un roman de fantasy young adult mais avec un second niveau de lecture très adulte. C’est un roman dynamique à l’univers particulier, à la fois proche et très différent du nôtre. Un roman finalement moins connu en France que certains grands noms, qui mérite que l’on s’y attarde.

Résumé :

Dans un monde où chaque humain est accompagné de son Daemon, sorte de projection animale de la conscience, Lyra, une jeune fille qui a grandit dans un cocon voit sa vie changer du tout au tout le jour où les enfourneurs arrivent à Oxford et enlèvent son meilleur ami. Du jour au lendemain elle se retrouve au cœur de toutes les attentions, tandis qu’elle décide de partir à la recherche de son ami. Accompagnée de Pantalaimon son daemon, elle va partir dans le grand Nord pour rechercher son ami et percer les secrets qui entourent la mystérieuse poussière.

Chronique :

L’histoire de Lyra du point de vue adulte est une fable politique qui dénonce clairement le fanatisme religieux et réécrit la genèse de l’humanité. Les aventures de Lyra vont s’enchainer rapidement, ce qui crée un scénario sans temps mort. Les Royaumes du Nord est un roman initiatique pour lequel on pourra trouver que l’auteur joue peut-être un peu trop la simplicité avec l’utilisation récurrente de l’aléthiométre. Cet objet magique confère rapidement à Lyra un pouvoir énorme lui permettant de répondre pratiquement à toutes les questions et à prévoir l’avenir. Cependant les aventures de Lyra sont très variées et gagnent en fluidité en simplifiant des scènes qui pourraient être facilement fastidieuses, surtout pour un public jeunesse en utilisant cet objet « magique ». Pour ma part j’ai particulièrement aimé la seconde moitié du roman, une fois arrivé dans le Nord. En parallèle de la recherche des enfants disparus, Lyra entend énormément parler de la poussière, sorte de particule élémentaire qui semble attirée par les humains et ce, plus fortement une fois leur puberté acquise. Cette poussière se retrouve rapidement au cœur du roman et deux camps semblent s’affronter, d’une part Lord Asriel dont les motivations restent floues, et d’autre par l’Eglise et plus particulièrement le conseil d’Oblation, qui cherche à supprimer la poussière. La poussière est alors au cœur d’un fanatisme religieux n’hésitant pas à expérimenter sur les enfants.

Il existe de nombreuses couvertures pour ce roman, mais j’ai personnellement une préférence pour l’édition de 2018 chez Galimard. Celle-ci correspond parfaitement à l’univers du roman avec une très jolie représentation du personnage de Lorek Byrnison et de Lyra.

Les personnages sont de loin le point fort de ce roman. Ils sont variés, touchants et l’ajout de leur daemon respectif donne un charme supplémentaire. Le personnage de Lyra, adolescente rebelle en quête de vérité, les gitans au grand cœur et Lorek Byrnison l’ours en armure trompé, sont les personnages les plus présents dans le récit et ceux qui possèdent une véritable profondeur. Les personnages plus secondaires comme Lee Scoresby et Serafina Pekkala sont quant à eux moins présents dans le roman et même s’ils sont centraux, resteront peu connus du lecteur comme de Lyra. Les méchants, et plus particulièrement Madame Coulter, sont eux de véritables moteurs au récit. Lyra la déteste et on a envie de la détester avec elle.

L’écriture de Pullman est fluide, et puissante d’évocation. Pas de vocabulaire très recherché, ce qui n’est pas un défaut bien au contraire. C’est un roman agréable à lire, parfait pour se détendre. Les rares scènes d’action sont bien détaillées mais restent courtes, ce qui évite le superflu tout en créant du suspens.

Conclusion :

Avec ce premier tome des aventures de Lyra, l’auteur nous propose un monde étonnant qui ne manquera pas de plaire à tous les lecteurs, petits et grands. A la croisée des mondes est une œuvre majeure de la fantaisie actuelle à lire d’urgence ! Les Daemons sont de loin la meilleur idée dans cette série géniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :